Skip links

Qu’est-ce que l’aliénation parentale et comment agir?

L’aliénation parentale ou Syndrome d’Aliénation Parentale (SAP) toucherait environ 10 % des enfants dont les parents sont séparés. Même s’il ne figure pas dans la liste des troubles que propose le DSM-V, il n’en reste pas moins lourd de conséquences pour les enfants et les parents qu’il touche.

Deux contre un?

Derrière ce terme d’aliénation parentale (introduit par Richard A. Gardner dans les années 1980) se trouve le fait qu’un enfant prenne une part active au dénigrement, la disqualification, l’exclusion ou le bannissement d’un parent (le parent ciblé), et ce, sous l’influence de l’autre parent (le parent aliénant).

Pour que l’on puisse parler d’aliénation parentale, il faut que l’un des parents influence son enfant dans le but d’exclure l’autre parent de manière injustifiée et que cela entraîne une détérioration voire une rupture de la relation entre l’enfant et le parent ciblé.

Il faut distinguer le SAP (Syndrome d’Aliénation Parentale) de mécanismes isolés qui peuvent être développés par l’enfant quand les parents sont en conflit par exemple le conflit de loyauté où l’enfant se sent obligé de prendre position. Dénigrer un parent n’est pas non plus suffisant pour parler de SAP, surtout dans des périodes comme la crise d’adolescence.

L’aliénation parentale agit comme une reprogrammation, un « lavage de cerveau » que subit l’enfant et cela va l’amener à ce comportement d’une manière particulière.

Dans cet article nous aborderons :

Garçon dans les bras de sa mère, le père fâché en arrière-plan Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

8 indicateurs pour identifier le syndrôme d’aliénation parentale

Le SAP comprend 8 symptômes principaux:

  1. L’enfant dénigre le parent ciblé
  2. Le dénigrement est construit sur des arguments absurdes, changeants
  3. L’enfant ne cache pas son animosité, il n’est pas ambivalent vis-à-vis du parent ciblé
  4. L’enfant prétend que personne ne l’a influencé, il se considère comme « penseur indépendant »
  5. L’enfant soutien de manière indéfectible le parent aliénant
  6. L’enfant ne se sent pas coupable vis-à-vis du parent ciblé
  7. L’enfant utilise des phrases et récits dictés par le parent aliénant
  8. L’enfant dénigre voire rompt les liens avec le parent ciblé mais aussi l’ensemble de la branche familiale à laquelle ce dernier appartient

Les différents stades d’aliénation parentale

Ces symptômes peuvent s’exprimer plus ou moins intensément. L’Association Carrefour Aliénation Parentale distingue plusieurs stades:

Léger : peu de dénigrement et contact avec le parent ciblé

Moyen : davantage de dénigrement, réticences à entrer en contact avec le parent ciblé

Grave : les idées du parent aliénant sont intégrées, rupture du contact avec le parent ciblé ou tentative de fugue, paralysie, ou autre en sa présence.

Des services pour vous aider

Lorsque l’aliénation parentale est identifiée, il importe d’agir rapidement afin de reconstruire et reprendre la relation sur des bases saines. Les blessures engendrées peuvent être complexes à gérer et nos professionnels sont habiletés à vous accompagner dans ce processus.

La thérapie familiale
Un psychologue peut vous aider à prendre du recul, identifier la nature du problème et vous outiller afin de régler les conflits, diminuer les tensions, rétablir la communication et vous permettre de vous épanouir. Les consultations se font en présence de tous les membres de la famille, dans un environnement neutre, qui favorise l’expression des sentiments, perceptions et peurs de chacun.

La médiation familiale
La médiation familiale est un mode de résolution des conflits qui permet de préserver ou de rétablir l’harmonie lors d’un processus de séparation. De par sa neutralité, le médiateur facilite la collaboration entre les conjoints. Son approche humaine et respectueuse permet à chacun de mieux vivre le processus de séparation et de cheminer vers une entente consensuelle. Les rencontres se font entre le médiateur et les 2 conjoints, mais les enfants sont parfois appelés à y participer.

Des recherches démontrent que les ententes conclues en médiation familiale sont généralement mieux respectées à long terme que les jugements imposés par la cour.

Nos services sont également offerts via la thérapie en ligne. Peu importe où vous vous trouvez dans le monde, ne restez pas isolés et contactez-nous pour prendre rendez-vous.

Père vivant de la détresse entouré de sa fille et de son fils - Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

Conséquences pour le parent ciblé par l’aliénation parentale

Agressivité verbale voire physique de l’enfant envers le parent ciblé, mise à l’écartdépart du domicilerupture du lien parental. Les répercussions sont variables de par leur nature et leur intensité, pouvant même atteindre des extrêmes comme la rupture définitive du lien parental.

A cela s’ajoutent toutes les conséquences psychologiques qui peuvent découler de l’altération / la rupture du lien parental (remise en question, dépression, etc.).

Jeune adolescente vivant de la frustration, colère - Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

Conséquences pour l’enfant

Le SAP est loin d’être anodin et plus le processus d’aliénation est allé loin, plus les répercussions risquent d’être marquées.

En plus de la rupture relationnelle avec le parent ciblé et la culpabilité que cela peut générer après coup, le simple fait d’établir des liens sociaux va s’avérer complexe. Les relations intimes, la confiance en soi, les troubles du sommeil et/ou de l’alimentation, la liste des conséquences des répercussions du Syndrome d’Aliénation Parentale sur la vie future d’un enfant est très longue. Il est même probable qu’un enfant ayant souffert d’aliénation parentale devienne lui aussi un parent aliénant.

Il est nécessaire d’être vigilant à l’instauration de ce mécanisme, d’autant plus qu’il peut facilement passer inaperçu, se confondant au début avec des comportements normaux, avant de prendre une toute autre dimension.

Aliénation parentale ou violence psychologique?

Les 2 termes ont plusieurs choses en commun, dont la principale est que l’auteur cherche consciemment à faire du mal à sa victime. Alors que la violence psychologique s’exerce directement sur la victime, l’aliénation parentale se sert de l’enfant pour faire du mal à l’autre parent.

Consultez notre article sur la violence psychologique pour en savoir davantage.

Confilt entre père et fils - Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

Comment en arrive-t-on là?

Il est difficile de s’imaginer ce qui peut amener une personne à pousser son enfant à détester son conjoint ou ex-conjoint. Le Dr Hubert Gijseghem identifie des composantes chez l’enfant et le parent aliénant qui vont contribuer à la mise en place du processus.

Le parent aliénant

Quand la notion d’aliénation est apparue, la parent aliénant était présenté comme ayant l’intention d’exercer une influence malsaine. Il était aussi dit qu’il s’agissait en majorité de femmes. Aujourd’hui, on sait que le parent aliénant exerce son influence de manière plus ou moins consciente, et que les pères autant que les mères peuvent revêtir ce rôle.

Plusieurs éléments peuvent amener un parent à devenir un parent aliénant:

Le désir de réparation : par exemple, le parent aliénant attribue de meilleures capacités parentales à un nouveau conjoint que le parent ciblé, lui enlevant progressivement sa place auprès de l’enfant.

La culpabilité : par exemple, le parent aliénant attribue la détresse de son enfant à l’autre parent par difficulté à supporter sa propre part de responsabilité.

La projection du sentiment de victimisation : par exemple, le parent aliénant se sent délaissé et projette sur l’enfant le risque qu’il en soit de même pour lui.

Le ressentiment envers l’autre parent : la rupture peut générer de l’hostilité, un sentiment de trahison ou d’abandon, des éléments auxquels l’enfant est exposé et perméable.

Le biais de confirmation : c’est le fait de confirmer ses propres hypothèses en percevant ce qui les confirme et masquant ce qui les infirment. Par exemple, au retour d’une fin de semaine passée avec le parent ciblé, le parent aliénant va relever tout ce qui confirme que son enfant a passé un mauvais moment.

Ces mécanismes sont loin d’être étrangers à ce que chacun peut vivre ou faire au quotidien, et en ce sens, il n’y a pas besoin qu’une pathologie psychiatrique soit présente pour devenir un parent aliénant. C’est leur superposition et leur intensité qui vont alimenter le risque que survienne une aliénation parentale.

L’enfant influencé

L’enfant est lui aussi exposé à des éléments qui vont plus ou moins favoriser le développement d’une aliénation parentale:

Le désir de réduire le conflit de loyauté : il va avoir un rôle déterminant dans l’émergence du SAP parce qu’il génère un fort sentiment d’inconfort. L’enfant risque alors de se défaire d’un de ses deux parents, ayant pour double effet d’atténuer l’inconfort et de poser un premier pas vers l’aliénation. Le fait qu’un enfant soit pris dans un conflit de loyauté dans cette situation est plutôt bon signe, il indique qu’aucun parti n’a encore été pris.

Le désir de réparer le parent endommagé : en étant en contact prolongé avec l’un des parents, l’enfant va percevoir sa souffrance et mettre en place des stratégies affectives pour y répondre. L’enfant peut alors instaurer une certaine exclusivité, tenant à distance l’autre parent.

Ses propres caractéristiques : la préférence normale que l’enfant peut avoir pour l’un de ses parents / l’attachement exagéré (lien fusionnel) / les difficultés d’adaptation aux situations nouvelles / etc.

À nouveau, ce sont des mécanismes normaux qui sont mis en jeu et leur accumulation et leur intensité aura un rôle important.

En somme, l’apparition d’un Syndrome d’Aliénation Parentale est non seulement conditionnée par la présence ou non d’éléments facilitateurs chez le parent (potentiellement) aliénant, mais aussi chez l’enfant.

Le conflit de loyauté de Marie-Claude Savard

L’animatrice, productrice et réalisatrice Marie-Claude Savard a vécu l’aliénation parentale lors de la séparation de ses parents. Elle a réalisé une capsule vidéo de 60 secondes sur les mots – et les maux – de l’aliénation parentale pour le Carrefour aliénation parentale Québec. Cette capsule vise à expliquer le phénomène, encore bien méconnu, aux citoyens.

Dans un article d’ICI Première, on note que le manque de connaissances populaires sur le sujet rend les victimes bien démunies à chercher de l’aide. À la Clinique de Psychologie Québec, nos travailleurs sociaux sont familiers avec la problématique et peuvent vous accompagner dans vos démarches.

Petite fille faisant stop avec sa main - Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

Que faire quand le processus d’aliénation parentale est engagé?

Il peut s’être passé des mois voire des années avant qu’un parent se rende compte qu’il a été ciblé. Il peut même arriver que le parent ciblé ait l’impression qu’il soit trop tard, que les choses sont irréversibles.

Ce qui est important de savoir, c’est que l’aliénation parentale et être un parent aliénant est puni par la loi car le SAP (Syndrome d’Aliénation Parentale) est reconnu comme atteinte au bien-être de l’enfant. De plus, même si d’apparence cela ne semble pas être le cas, l’enfant souffre de cette situation et il est exposé à de nombreux risques psychologiques. Enfin, rien ne doit empêcher un enfant d’aimer son parent et inversement. C’est un droit.

« Agir, c’est protéger la relation avec ses enfants, mais c’est surtout les protéger eux. »

La première étape consiste à s’assurer qu’il s’agit bien d’aliénation parentale et d’estimer le niveau de gravité. Pour ce faire, le site internet de l’Association Carrefour Aliénation Parentale propose des outils pour dépister un SAP, mais il est tout de même conseillé de consulter des professionnels familiers avec la problématique (médecins, psychologues, travailleurs sociaux, avocats, médiateurs).

La seconde étape est celle du signalement. En fonction de l’ampleur de la situation, cela peut aller de la sollicitation de la Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ) à la demande d’une audition d’urgence à la Cour supérieure, afin de modifier les modalités de garde.

Plus la réaction est rapide, mieux c’est, car le processus judiciaire peut être long et le temps que l’enfant passe avec le parent aliénant ne fait que renforcer le SAP.

Enfant heureux dans les bras de ses parents souriants - Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

Et après? Reconstruire suite à une situation d’aliénation parentale

L’absence de contact avec le parent aliénant (ou autre mesure sur laquelle la procédure a abouti) ne suffit pas à remettre tous les compteurs à zéro et à pouvoir redémarrer une relation saine. Des dégâts importants peuvent avoir été faits et l’effet du SAP peut encore perdurer.

L’enjeu est de pouvoir rebâtir une confiance mutuelle, ce qui peut prendre un certain temps et beaucoup d’efforts. La communication est l’outil à privilégier, cependant, elle peut s’avérer complexe et délicate. En ce sens, avoir recours à l’intervention d’un professionnel est vivement recommandé. Il vous aidera à communiquer efficacement et à mettre en place les stratégies les plus efficaces afin de rétablir le lien de confiance.

Durant cette épreuve, le parent ciblé a lui aussi beaucoup souffert. La frustration, la culpabilité, le regret, ont probablement porté atteinte à son équilibre et fragilisé sa confiance en soi. Se reconstruire après ce genre de situation n’est pas facile à faire, et s’entourer d’un professionnel peut être une solution pour sortir de la dynamique générée par l’aliénation.

Jeune fille avec sa mère en thérapie - Qu'est-ce que l'aliénation parentale et comment agir? - Blogue | Clinique de Psychologie Québec

Consulter un professionnel lorsqu’on est confronté à l’aliénation parentale

Ce qu’il faut retenir de l’aliénation parentale, c’est qu’elle peut se développer sans que les personnes qu’elle touche n’aient de prédisposition à développer un trouble psychologique. L’identifier implique qu’elle est présente depuis un certain temps, d’où la nécessité d’agir vite. La gestion de l’« après » peut s’avérer complexe, du fait des blessures engendrées par l’aliénation. Consulter un professionnel, c’est mettre les meilleures chances de son côté pour se reconstruire et reprendre une relation sur des bases saines.

Les professionnels qui peuvent vous aider :

La Clinique de Psychologie Québec offre un service de thérapie familiale pour ce type de problématique. Nos experts chevronnés dans le domaine peuvent vous aider !

Nous vous invitons à prendre rendez-vous pour une consultation en personne ou via la thérapie en ligne, que ce soit sous une base individuelle, avec vos enfants ou pour vos enfants. Nous aurons un professionnel qualifié pour vous.

Prenez rendez-vous pour une consultation avec un thérapeute spécialisé

Thérapeutes liés

  1. Portrait de Ginette Barriault, travailleuse sociale à la Clinique de Psychologie Québec

    Ginette Barriault

    Travailleuse sociale

    Ginette offre un soutien psychosocial aux personnes qui vivent des difficultés au quotidien, à la suite d’un événement ou lors d’une situation de crise. Elle cumule plus de 30 ans d’expérience.

    Voir le profil
  2. Portrait de Suzanne Michaud, travailleuse sociale à la Clinique de Psychologie Québec

    Suzanne Michaud

    Travailleuse sociale

    Depuis 10 ans, Suzanne accompagne des personnes, des couples et des familles qui souhaitent considérer les difficultés, les défis rencontrés et les périodes de crise comme des tremplins.

    Voir le profil
  1. Psychothérapie

    Thérapie familiale

    Des conflits éclatent au sein de la famille et vous vous accusez mutuellement d’être responsables de la situation? On peut vous aider.

  2. Psychothérapie

    Thérapie en ligne

    Que ce soit pour une thérapie individuelle, une thérapie de couple, une thérapie familiale, une sexothérapie ou du counseling.

Laisser un commentaire

  1. Bonjour
    Mes enfants sont victime d alienation au point de m offrir de me casser la gueule

    Pour faire suite a votre article
    Personne ne veux intervenir j ai tenter a plusieur reprise de faire un signalement a la dpj rien a faire

    30000$ d avocat
    Un juge a ordonner une therapie de reconciliation pendant le proces de divorce et ne l as pas mi dans son jugement ecrit….

    Arreter de faire miroiter qu il y a des solutions car il n y en pas ca fais 5 ans que je tente par tous les moyens de voir mes enfants et personne ne peux faire quoi que ce soit avec l alienation

  2. Bonjour monsieur Carpentier,
    Nous sommes navrés de votre situation, c’est très désolant.
    Chaque thérapeute a son approche et ses ressources. Nous vous invitons à nous contacter pour rencontrer l’un de nos spécialistes, il pourra vous aider très probablement à vous sortir de cette impasse.
    L’équipe de la Clinique de Psychologie Québec

  3. Bonjour , moi , j ai un enfant de 22 ans qui a été très, très proche de moi , depuis qu’ il est petit il est aliéné . Je tente de me rapprocher de lui , il se cache , ne veux pas me dire ds quel domaine il étudie , se cache , ne veux ps me dire son adresse , son téléphone . C est très difficile . Je me sens très impuissante .

  4. Il n’y a aucun recours pour les hommes dont les enfants sont victimes d’aliénation. Après près de 20 000$ en avocats … plus aucun contact avec les 3 enfants de mon conjoint . Propos haineux …. ils ont reniés leur père depuis près de 3 ans …..
    Il n’y a pas de recours ….
    a part se ruiner pour rien ….. il y a seulement un père endeuillé de ses enfants …
    Aucune justice !!!!
    On s’est battue pendant plus d’un an …

  5. Il existe des trucs et des stratégies afin d’intervenir auprès de l’enfant qui subit de l’aliénation. J’appelle ce dernier l’enfant soldat. Il est programmé pour lancer ces bombes lorsqu’il arrive à la maison. La pire chose à faire et donc de répliquer à l’enfant. Il est préférable de rester neutre et d’accepter que l’enfant lance ses bombes plutôt que de mettre des règles strictes. Une fois libéré de sa mission, il arrive que l’enfant retrouve son désir de partager un moment de qualité avec son parent. Il est important de lui rappeler qu’il peut aimer les deux parents afin de le soulager du conflit de loyauté.

  6. Mon fils et moi sa mère vivons de l’aliénation parentale depuis décembre 2018 malgré le fait que la DPJ souhaite que la petite de 3 ans puisse voir son père, mon fils, la mère ne veut rien savoir de lui laisser on ne peur rien faire que d’aller en cour ce qui prends du temps puisqu’il a droit a l’aide juridique. La DPJ veut que madame se fasse soigner et demeurer dans leur vie pendant 1 an la mère n’est pas d’accord elle conteste cela prends encore du temps. Pendant tout ce temps mon fils surtout vie l’enfer car il n’y a aucune ressource a moins d’être riche et de payer ce qui n’est pas notre cas.. Elle a laissé mon fils sans rien car il a travaillé l’été passé pour sa compagnie de toiture comme travailler autonome il n’a donc pas droit au chômage n’a droit a rien tant que la cause ne passe pas en cour ce qui prends trop de temps et d’argent Je ne voie aucune solution. Comment dénoncer l’effet néfaste dévastateur que cela fait chez les parents grand-parent et surtout chez les enfants l’aliénation parentale Que faire pour changer cela rapidement

  7. Outre l’un ou l’autre conjoint, des grands-parents peuvent-ils être accusés d’aliénation parentale auprès de leurs petits-enfants s’ils dénigrent un gendre ou une bru devant leurs enfants?

  8. Mes enfants ont aujourd’hui 9 et 11 ans. La mère n’a jamais accepté la séparation et a promis de me faire payer cher. J’ai été suivi, menacé, on m’a dénigré, j’ai payé pour plus de 25 000$ d’avocats et 100 000$ de pension en 8 ans. Aujourd’hui, j’ai encore une petite fds sur 2 et la mère tente de nouveau à couper sur mon temps de garde, prétextant que ce sont les enfants qui le désirent, alors que ce n’est nullement le cas lorsqu’ils sont avec moi. Elle leur inculque des peurs, mon plus jeune a des troubles d’anxiété, un Gilles de la Tourette et un paquet de tics nerveux qui disparaissent après quelques jours avec moi. La mère a pris un avocat pour mes enfants contre moi, je ne prends plus les services d’avocats, j’ai trop été déçu et floué, je me défends moi meme et demande une évaluation par un pédopsychologue jeudi prochain.

  9. Séparé depuis 14 ans, je vis encore l’aliénation parentale! l’aliénation parentale élargie (g-mère – tante – etc) Et Après avoir payé bcp d’honoraires d’avocats et de pension alimentaire! D’avoir essayé de sortir mes 3 enfants de cela…. il y a seulement, un enfant qui me parle, à moi, sa mère et ma famille! Il avait décidé de me faire payé pour l’avoir quitté et continue! Récemment, 2 petits-enfants sont arrivés mais aucun contact puisque toujours sous l’emprise de l’aliénation parentale! Malheureusement, l’aliénation parentale est très mal connue et très dure à prouver, à moins d’avoir des millions à perdre!

  10. Mon frère est séparé depuis deux ans d’une femme perverse narcissique. Il était très proche de ses deux enfants et à toujours pris grand soin d’eux. Depuis, la situation a dégénéré et les enfants subissent un tel lavage de cerveau qu’ils ne veulent plus voir leur père, ni la famille d’ailleurs, Je passe les details mais ces enfants sont clairement manipulés et très certainement malheureux. Je me rends compte en lisant tous les témoignages qu’au final il n’y a pas vraiment d’aide ni d’espoir pour les parents qui vivent cette situation. Même en se ruinant en avocats ou en se référant à la DPJ, le parent manipulateur continue d’avoir le beau jeu et d’abuser de ses enfants, en toute impunité ! Je me sens impuissante, je vois mon frère qui est malheureux et on ne peut rien faire pour l’aider. C’est désolant de voir que ces enfants n’ont pas de support et que les parents lésés n’aient aucun recours. Ca me rend malade !

    1. Effectivement, c’est un drame pour tout le monde. Malgré la douleur, essayer de toujour garder un lien même si ce dernier est unidirectionnel.

  11. Bonjour,
    Avez vous des livres destinés aux enfants qui traite de la manipulation parentale et de la violence d’un parent envers un enfant? (Enfants entre 10 et 14 ans)
    Merci!

    1. Nous ne connaisons pas d’ouvrage à cet effet. Désolé!

  12. J’ai marié une femme dont la mère dévalorisait leur père de 13 enfants. Après 4 enfants et 9 ans de mariage, nous nous sommes séparés en médiation avec une garde partagée, elle arrêta de travailler et demanda une garde exclusive, j’ai vue de l’animosité dans les paroles de mes enfants. Après 2 mois, de visites de fin-de-semaine, ils ont disparu de ma vie, malgré les 20 maisons nous séparant. Puis ce fut le tour des grands-parents. La femme juge n’a rien vue avec ses yeux de femmes…ils sont perdu et j’ai du faire mon deuil. Chaque divorce avec des enfants devrait être suivi à chaque année pour éviter ces drames de la vie. Elle a vécu sans vergogne de la pension alimentaire

  13. Après tout ça quand la personne s’est ruinée en avocat on se demande pourquoi il arrive autant de drames familiaux la justice est trop longue et en faveur d’un parti pris et de toute façon c’est beaucoup trop dispendieux pour le travailleur à revenu moyen

  14. La clinique mentionne «Effectivement, c’est un drame pour tout le monde. Malgré la douleur, essayer de toujours garder un lien même si ce dernier est unidirectionnel». C’est un peu un aveu d’échec, finalement. Je crois que la meilleur arme contre l’aliénation parentale est … l’aliénation parentale. C’est évident que se sont les enfants qui vont écoper de cette stratégie, mais ils écopent déjà. Au moins, les liens entre avec les DEUX parents sont alors maintenus et ça évitent de passer inutilement par la cour qui ruinent tous le monde au profit des avocats, ou par l’inefficace DPJ qui attend généralement qu’un drame se produise avant d’intervenir. C’est en effet, bien malheureux, mais quant un parent décide de faire cette guerre en aliénant l’autre parent, il faut réagir en essayant de ne pas trop hypothéquer tout le reste de la famille (par des frais d’avocats surtout qui peuvent couler une famille en moins de deux).

    1. Bonjour Alexandre,

      Garder un lien n’est pas nécessairement se plier à l’échec, mais plutôt laisser la porte ouverte à communiquer quand l’autre sera prêt. Combattre le feu par le feu est une méthode qui n’est généralement pas conseillée étant donné qu’elle pourrait générer des situations indésirables et hors de notre contrôle. Il existe cependant une foule de méthodes validées afin de mitiger les effets de l’aliénation parentale et réduire l’impact que ce drame pourrait avoir sur les enfants. Même si certaines stratégies se montrent inefficaces pour vous, une alternative vous permettra certainement de réduire les risques pour les enfants tout en conservant une relation saine avec l’autre parent.

  15. Étant le parent ciblé depuis 8 ans , j’ai récemment perdue la garde de mon enfant. Le parent aliénant a réussi à faire mentir notre enfant en Cour. Le juge a tout gobé! Des scénarios de violence qui ne sont jamais produits. Aucune preuve déposées en Cour. Que les témoignages du parent aliénant et de notre enfant. La DPJ, la justice et la multitude de services sociaux ne comprennent pas les réalités d’un enfant aliéné. 6 ans de présence à la Cour pour perdre la garde basé sur un récit inventé. Aujourd’hui, ce qui reste de ma famille et moi-même sommes épuisés. Aucune ressource pour nous aider. En résumé on se fait dire de continuer à souffrir pour peut-être sauver un lien toxique avec mon enfant. Mon enfant continue d’inventer des situations de mauvais traitements physiques, il est l’espion de l’autre parent, il entre et sort des objets comme un appareil photo de ma maison à notre insu, il a une allégeance inconditionnelle pour le parent aliénant. Nous vivons dans la peur de se faire accuser de mauvais traitements physiques à nouveau. Chers parents ciblés, protégez-vous et cessez de croire que le système est là pour vous aider. Les parents aliénants sont très manipulateurs et le Grand Système n’est pas prêt à s’ouvrir les yeux. Il est plus facile d’accommoder le parent qui fait du trouble que de protéger l’enfant et le parent ciblé. PROTÉGEZ-VOUS d’abord et ne comptez pas sur le système pour vous aider. Lisez les différents témoignages ici et sur carrefour aliénation parentale. Vous verrez que ça revient tous à cela le vécu, le réel de l’aliénation parentale. Pas les belles paroles d’espoirs avec lesquelles ont essaie de nous hypnotisé pour qu’on ne passe pas à l’action de se protéger d’abord. À quoi sert un parent complètement épuisé par les attaques répétées et soutenus d’un parent en mode vengeance?

    1. Bonjour Sandrine,

      Effectivement, se protéger en tant que parent est une bonne stratégie d’adaptation lorsqu’on est victime d’aliénation parentale, mais il ne faut pas non plus oublier que certaines ressources, même si quelques unes se sont montrées inefficaces pour vous, sont là pour vous venir en aide. Il existe plusieurs centres d’aides comme Carrefour Aliénation Parentale que vous avez mentionné, qui sauront s’adapter à votre situation et vous donner les stratégies nécessaires pour passer à l’action. S’isoler pour se protéger n’est jamais la solution.
      Nous ne recommandons pas non plus d’être passifs dans une telle situation, il demeure extrêmement important d’agir face à ces situations pour tenter de les résoudre et d’améliorer sa qualité de vie.
      N’hésitez pas à nous contacter pour rencontrer l’un de nos spécialistes, il pourra vous aider et vous fournir les stratégies nécessaires pour vous sortir de cette impasse.
      L’équipe de la Clinique de Psychologie Québec

  16. Bonjour ,je vais faire une histoire courte ,mon ex a essayer par 3 fois de m accuser d agression sur ma fille de 3 ans suite à un test de détecteur de m en songe j ai réussi à avoir une garde partager après 12 ans de vie ma sombre dans une dépression …je n i comprend rien ,j essaye de comprendre ,ma fille parle avec ma coujouinte lui raconte qu elle ce pose des questions à savoir si je l avais abuser …je la confronte …elle part et plus de nouvelle depuis 8 mois meme pas de la mère !!! pour temp j ai toujour tout donner à ma fille …je ne comprend pas comment un enfants peux renier sa famille ,je suis désemparé,je me suis informer et vue son âge 15ans rien à faire au niveau de la justice …quoi faire ???

    1. Bonjour Stephane,

      Nous sommes navrés de la situation dans laquelle vous vous retrouvez. Ces situations ne sont jamais simples et sont parfois très difficiles à vivre vu qu’elles emmènent leurs lots de problématiques.

      Si vous en ressentez le besoin, nous vous invitons à nous contacter pour rencontrer l’un de nos spécialistes, il pourra vous aider très probablement à vous sortir de cette impasse.
      L’équipe de la Clinique de Psychologie Québec

  17. Bonjour je suis séparée depuis 3 ans. Et je remarque depuis quelques temps que ma plus petite semble bouleversé. Elle me dit que je suis pas gentille car je n’aime plus son papa et que je l’ai mis dehors…..je lui est donné un ans pour ce trouvé un autre maison. Et il dénigre mon nouveau conjoint il dit à la petite qu’il ne l’aime pas. Je ne sais pas comment aborder le sujet ma fille a 7ans et je ne veux en aucun cas embarqué dans ce jeu là je me fait un point d’honneur de ne jamais parler contre son père. Alors comment lui parler sans dénigré qui que ce soi

    1. Je vous félicite de ne pas entrer dans ce jeu. Expliquer lui que son père à de la peine. Qu’il dit des mots difficiles, car il ne sait pas comment le dire autrement. Essayer de mettre des limites sur ce que vous acceptez et ce que vous n’acceptez pas dans votre maison. Vous pouvez aussi tenter de comprendre comment elle se sent lorsqu’elle entend son père dire ces mots.

  18. En couple pendant 20 ans, nous avons eu 2 enfants dont j’ai pris soins toute seule. Au moment de la séparation, mes filles avaient 12 et 15 ans. Malgré le fait qu’elles étaient très proche de moi car père absent, elles ont choisis de rester avec lui lorsque je l’ai quitté. J’ai accepté leur décision en me disant qu’elles finiraient bien par changer d’idée. J’ai déménagé dans une autre ville, en me disant qu’elles viendraient tous les week-ends. Mais ce ne fût pas le cas… Elles étaient réticentes a venir même pour un week-end par mois!! Un jour, ma plus vieille m’a écrit que leur père leur avait demandé de choisir entre moi et leur avenir, car il entendait par là de les déshériter. Ma plus vieille a choisis « son avenir » et la plus jeune, étant trop jeune pour comprendre est rester proche de moi. On ne se voit pas beaucoup cependant on se téléphone tous les jours et on se texte plusieurs fois par jour. Aujourd’hui, elles ont 19 et 22 ans. La plus jeune est partie vivre avec son chum car elle n’en pouvait plus de son père et da soeur. La plus vieille habite toujours avec son père, elle me dit quelle ne veut pas l’abandonner… nous avons très peu de contact. Je la texte tous les jours, elle me répond quelques heures plus tard. Quand je téléphone, elle me réponds pas la plupart du temps et ne retourne pas mes appels. J’ai le cœur brisé car j’ai sacrifié ma carrière pour avoir des enfants, car mon ex-conjoint avait une condition pour avoir des enfants et c’était celle-ci, les enfants doivent être éduqués par la maman. Ça me convenait tout a fait. Nous nous sommes mariés et fondé ensuite une famille. Mais l’environnement familiale était hostile, lui, ayant une personnalité limite et étant pervers narcissique, après 20 ans de vie commune, je n’en pouvait plus, même les enfants n’en pouvait plus tellement c’était difficile a la maison de vivre avec lui. Lorsqu’il sortait de la maison, les enfants me disaient quelles n’aimaient pas leur père car il était méchant et moi, de prendre sa défense en leur disant qu’il les aimait mais qu’il était fatigué et maladroit. Quelle surprise pour moi de constater que mes filles prennent sa défense, je me sens abandonnée surtout de la part de la plus vieille. Elle me dit ouvertement depuis que je suis partie que c’est elle la femme de la maison. Au début, j’ai cru au complexe d’oedipe qui refaisait surface a 15 ans… Je ne sais plus quoi faire, je garde un semblant de lien en lui faisant un coucou par texto tous les matins… je tente un FaceTime a quelques reprises dans la semaine, sans réponse la plupart du temps… j’aime l’impression d’etre en suspension dans les airs, me raccrochant a la falaise par les mains et j’ai l’impression que je vais bientôt lâcher prise étant trop fatiguée, épuisée psychologiquement. 🙁

  19. Je suis plus âgé que la mère de mon fils, j’ai 58ans j’ai interrompu ma relation avec la mère de mon fils alors qu’elle était enceinte et après la naissance de notre fils elle a espéré reprendre une relation avec moi, mais c’était plus possible depuis elle ne fait que se venger, mensonge après mensonge et tout le monde la croit, ça ma coûter une dépression, aujourd’hui c’est mon fils elle l’oblige a mentir, et encore une fois ça marche alors je me pose tellement de question vis à vis de la justice et j’ai des grandes doutes. Alors SVP aidez mon fils a sortir de se trou noir et aidé moi a récupérer mon fils avant qu’il soit trop tard.
    Cordialement HARBAOUI lotfi

    1. Bonjour M. Lotfi,

      Merci de votre de votre partage et de votre ouverture par rapport à votre situation. Nous sommes certains que vous êtes en mesure de trouver une solution et de vous en sortir.

      Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez surtout pas à demander le soutien de l’un de nos thérapeutes dans la section « Prendre rendez-vous » sur notre site web en remplissant le formulaire. Nous vous répondrons rapidement.

      L’Équipe de la Clinique de Psychologie Québec

  20. Bonjour
    Mon conjoint est le parent aliéné. Nous n’avions pas beaucoup d’espoir de rétablir une relation normale avec les enfants 8 et 13 ans. Plusieurs fois mon conjoint à voulu jeter l’éponge et se retirer de la vie des enfants pour que les enfants aient moins à souffrir si l’autre gagnait. Jusqu’à ce que la mère pousse sa fille de 13 ans à faire une plainte à la dpj contre son père.
    Il se sont aperçu par ses propos qu’elle était manipulée psychologiquement. Mon conjoint a toujours insisté pour qu’il y ait une travailleuse sociale qui voit les enfants. Une personne neutre. Les procédures sont en cours maintenant. Voilà, si vos enfants sont encore jeune, amenez les voir un psychologue ou une travailleuse sociale. Ça va vous coûter moins cher qu’un avocat et ce sont vos enfants qui vont en bénéficier. SVP il ne faut pas perdre espoir.

    1. Bonjour Brigitte,

      Merci d’avoir partagé votre histoire. Cette situation est difficile et peut parfois entraîner des coûts indésirables comme vous le mentionnez. Un travailleur social ou un thérapeute en relations humaines (psychologue, psychothérapeute, intervenant) est effectivement bien en mesure de gérer ce genre de situations dans un but de conciliation et de réduction des méfaits.

      Cordialement,

      L’Équipe de la Clinique de Psychologie Québec

  21. Salut depuis 18 mois que je me bat a la cour pour mon enfant et avec les test ADN je suis et j ai ete reconnu comme le père de ma fille par la suite ont ma autoriser le debut des visites supervisé pour connaitre ma fille et donner la chance a ma fille de connaitre en tant que son père (moi) . Mais durant ces 2 premier mois de visite ma fille a commencer a m appeler papa et les visites allais de mieux en mieux et ma fille m acceptais . Mais entre temps il y a eux une rencontre avec les intervenantes dit une expertises psychosociale ,lors de la visite des intervenantes chez mon ex conjointe (la mere de ma fille) les intervenantes ont vue madame agir comme suis lorsque elle parle a ma fille elle lui dit vas voir papa ( son nouveau conjoints) madame se refere a lui en dissant papa a ma fille alors les intervenantes ont demander. Madame pourquoi elle disant papa a cette homme madame a dit ´ ces la petite qui a decider de l appeler papa ´ faux un enfsnt agé de 18 mois ne peut pas prendre la decision de l appeler papa . Je sais par sa mechansiter que ces elle qui a influencer l enfant a dire papa et lors de ma derniere visite en voyant ma fille je lui est dit allo viens voir papa et ma fille ma regarder et a dit ´papa pas la papa a maison’ ces parole mon ete comme un coup de couteau au coeur car j avais recu une copie de l expertisse des intervenantes . Alors j ai discuter de se probleme avec mon avocate en lui disant que (mon ex) madame fessais de l allienation parental et que c etais nusible pour ma fille elle ma dit ces pas important . Alors j ai suivie vos conseil et j ai fait un signalement a la djp apres 2 jour il m ont rappeler en disant que ces pas grave et mon signalement na pas ete retenu et que malheureusement je vais devoir accepter que madame influence mon enfant et que mon enfant vas devoir elle meme comprendre avec les années que je suis son pere dsl mais ma fille na que 2 ans et demi et j devait accepter cette situation . Il est hors de question que j accepte cette situation et je tente d avoir de l aide mes personne ne peut rien pour moi et ma fille ces deplorable comme systeme merci de m aider ou me fournir les ressource utile pour remedier au probleme

    1. Bonjour Bruno,

      Nous sommes sincèrement navrés d’apprendre votre situation. L’aliénation parentale et les conflits familiaux sont généralement des sujets très complexes et entrecroisés de différents scénarios et visions des choses. Votre histoire permettra sans doute aux autres de savoir qu’ils ne sont pas seuls et que d’autres vivent des situations similaires à la leur. Par votre commentaire, vous aidez déjà une multitude d’individus à progresser dans leur histoire personnelle.

      Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez surtout pas à demander le soutien de l’un de nos thérapeutes dans la section « Prendre rendez-vous » sur notre site web en remplissant le formulaire. Nous vous répondrons rapidement.

      L’Équipe de la Clinique de Psychologie Québec

  22. Et bien moi je suis une grand maman qui a gardé mes 2 petits fils pendant 3 mois pendant la pandémie ,mes petits enfants ont peur de leur père ou ils vont 1 fin de semaine sur 2 et ou il les amènes a sa job gym il travaille et leur fait faire de la boxe judo et exercice même s’ils ne veulent plus aller la ils pleurent , 8 ans et 11 ans, et 2 heures a chaque mercredi, il pince les joues coup de pantoufles, et parle de moi leur grand mère aux garçons comme je suis stupide, et dit que leur oncle est pas un exemple ,le petit a des troubles de comportement a chaque fin de semaine a l école, le petit pendant de devoir se tourne la tête et me dit tu sait yaya il y a pas un grand qui me croit quand je raconte pour chez papa, ouf, l école est au courant mais pour voir éducateur faut la signature des deux parents et le papa ne veut pas signé, dpj au courant , pas assez grave, un avocat coute une fortune, et qui écoute et aide les enfants ce qu’ ils veulent, qui aide vraiment les enfants , ce qu’ ils veulent comment ils se sentent on les aide a condition que quelqu’ un soit payé sinon tous les enfants ne sont pas écoutés , on parle d ‘aliénation mentale ou cruauté mentale mais il y a plus loin c est ce que les enfants subissent ou ils sont pas écoutés a moins qu’ on paye , personne aide les enfants , croyez moi j ai vu mes petits garçons quand le téléphone sonne et leur père au bout du fil le petit va a la salle de bain ou descend au sous sol pour pas lui parler il a peur de lui , le plus vieux dit tout ce que son père veut entendre ,,j’ai vu le plus vieux pleurer et dire qu ‘il aime son père mais qu’il ne veut plus aller ,,je comprends pas la justice forcer les enfants par un jugement , a faire ce qu’ils ne veulent pas toujours et dire qu’on aide les enfants ???? cruel a moins qu’on paye si on a de l’argent et i on en a pas aide juridique et si on est dans les moyens financés, on endure,

  23. L’aliénation n’est pas reconnue…Tout le système judiciaire est complice malgré lui! Procédures longues qui favorisent le SAP, manque de formations de tous les intervenants, ( JAF, JPE , psys, et pire les intervenants sociaux!)avocats du parent aliénant qui poussent l’AP., les plaintes classées sans suite pour non représentation d’enfants..
    Tout y est pour induire l’AP!?
    C’est très coûteux en temps, énergie, et bien sûr financièrement!
    On peut «  kidnapper » un enfant en toute illégalité mais en toute impunité aux yeux de tout le monde et de la justice! Devrais-je dire plutôt l’injustice!
    L’impuissance et l’injustice sont les 2 mots qui caractérisent l’AP!
    C’est un véritable fléau qui grandit car le parent aliénant, tout puissant n’est pas puni et continue d’agir!
    Les autorités ferment les yeux! Les parents aliénés, des associations se battent contre ce fléau.. en vain! Coup d’épée dans l’eau!
    Double peine. Faire le deuil d’enfants vivants et ne pas être reconnu de la justice comme victime!
    Pendant ce temps là, des enfants souffrent…
    Ils auront certainement des problèmes psychiques et psychologiques pour leur construction et leur vie future.
    C’est un abus psychologique grave et violent que le parent aliénant inflige à ces enfants.
    Mon conjoint ne voit plus ses 3 enfants. Ils ont été aliénés par leur mère manipulatrice perverse narcissique.
    Une détermination, inouïe à rompre ce lien fusionnel paternel. Nous avons été sidérés des mécanismes empruntés et en même temps impuissants!
    L’es enfants se sont ralliés à elle dans ce conflit de loyauté qui les dépassaient et ils ont été piégés..?
    Ils ont préféré rejeter leur père par peur.. pression..chantage et sous emprise maternelle et préparer une mère «  victime »
    Je n’appelle pas cela une mère d’ailleurs…
    «  Manipuler un enfant parce que l’on déteste son autre parent est la pire des bassesses » C’est même un acte faible.. très faible car le parent aliénant bien évidemment n’est responsable de rien! ??Il n’y est pour rien! au contraire il veut maintenir le lien.. ça c’est ce qu’il dit en façade, à tous les intervenants. Il manipule en huis clos et ensuite veut se faire passer pour le bon parent, bienveillant, dévoué et aimant!
    Il pense aussi que le parent exclu va croire tout cela! Ses mensonges, ses projections, sa mauvaise foi,
    Il ne doute de rien.. veut toujours avoir le dernier mot et il est convaincu de ce qu’il fait! Les mécanismes et comportements d’une personne manipulatrice perverse narcissique. Mais ce parent inversera les rôles bien sur pour se déresponsabiliser, se déculpabiliser, tuer psychologiquement et psychiquement l’autre parent!
    C’est un «  meurtre » psychique!
    Mais c’est la réalité..
    cela fait 5 ans pour les 2 aînés et 6 mois pour le dernier.
    Le lien est totalement rompu..
    Je précise que le beau père a pris la place, toute la place puisqu’elle a su l’installer à la place du père!
    Elle manigance tout et manipule tout le monde. Ils sont tous sous emprise sans le savoir..C’est pernicieux. Elle est clivée.
    Moi, j’ai toujours su et compris qui elle était. Depuis le départ car moins impliquée émotionnellement. J’ai toujours eu ce discernement, cette lucidité, cette clairvoyance de l’extérieur.
    Plus de nouvelles, aucune réponse aux sms envoyés par leur père ou des « saloperies »  ou c’est la mère qui répond!! Ou bien, bien sûr des demandes financières!
    Nous sommes en France mais l’AP n’est pas reconnue non plus.. peut être un jour…
    Mais combien de parents exclus et d’enfants aliénés faudra-t-il?
    Les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain..

  24. Je vis de l’aliénation parentale qui vient de ma belle famille, suite au décès de mon conjoint! La relation avec ma fille s’est détériorée considérablement et elle me dit maintenant que je ne suis plus sa famille!

    1. Bonjour Annie, merci de nous partager votre inquiétude sur le comportement de votre fille après le décès de son père. Le deuil cette une période difficile pour la famille et les enfants peuvent présenter plus de difficultés à traverser le deuil. Je vous suggère de consulter un de nos spécialistes qui sont justement là pour vous aider à y voir plus clair. Visiter la section Spécialistes ou prenez un rendez-vous.

  25. @VAl: Bienvenu en France !
    Amis Québécois vous pourriez presque vous estimer heureux !
    Mon histoire est d’une banalité affligeante, limite considérée comme normale en notre beau pays …
    Il y a bientôt 5 ans, je me sépare de ma compagne. Je ne supportait plus ses manipulations et mensonges. Dormir au coté d’une personne en qui je n’avait plus aucune confiance m’était devenu inconcevable..
    D’un commun accord, la maman obtient la garde, mes horaires de travail étant difficilement compatibles avec la garde de jeunes enfants. Les choses ne se passent pas trop mal, malgré des rapports toujours tendus. La maman habite à 5 minutes et mes filles passent tous les week-ends et quelques soirs en semaine dans la maison familiale que j’ai conservé. Acte I avant la longue descente aux enfers.
    Acte II, mon ex rencontre un homme, souscrit un crédit de 25 ans pour faire l’acquisition d’une maison à 50 kilomètres afin de se rapprocher de son nouveau casse croute; . Elle y restera 18 mois …. 18 mois ou je ne voit plus mes filles que week-ends et vacances .
    Acte III: la maman déscolarise les enfants en plein milieux de l’année scolaire pour aller s’installer à 500 kms avec un nouveau prétendant . Elle quitte la fonction publique (!!!) pour se retrouver … chômeuse.
    Depuis j’ai de grandes difficultés à avoir mes filles au téléphone, la crise sanitaire ayant bien aidé mon ex à me faire disparaitre.
    Nous sommes à 4 jours de Noel et je ne sais toujours pas si mes filles vont passer ce moment en famille (la mienne, la maman étant fâchée avec la sienne . Comme par hasard …) Je viens a l’instant même de recevoir la liste de souhaits de cadeaux. 4 jours avant et sans aucune certitudes .Si ce n’est pas du vice ….
    Que me propose la justice de mon beau pays ? De partager les frais de route et d’élargir mon droit d’hébergement à l’ensemble des petites vacances scolaires. En gros de payer pour faire garder mes enfants puisqu’avec 5 semaines de congés payés ….
    C’est la double, la triple peine .
    Avec la partie adverse qui lave le cerveau des enfants, leurs laissant penser que papa ne veux pas les garder.
    Désolé pour le pavé, mais voilà comment en France, en 2020 on peut ainsi se faire enlever ses enfants en toute impunité et dans l’indifférence générale !

    1. Merci Seb de nous partager vos problèmes de garde. Nous vous suggérons de vérifier avec votre avocat ou avec médiation familiale votre droit de garde de vos enfants, car c’est un droit d’un enfant d’être en contact avec ses deux parents.

  26. Si je peux me permettre l’aliénation parentale c’est insidieux. Depuis qu’ils sont au monde que c’est difficile. Plusieurs fois en cour la mère ment et malgré que j’ai des preuves on prend tout ce que la mère dit pour du cash, J’aurais pu avoir une étude psychosociale car le juge en voulait une au départ, il a changé son fusil d’épaule après avoir entendu le témoignage bourré de mensonges de la mère et oui les enfants ont pu passé du temps seuls avec le juge. Après plusieurs dollars dépensés en frais d’avocat, en pension alimentaire, le fait que Madame change de statut financier sans le dire, je me retrouve avec des arrérages et de la difficulté à avoir des contacts avec les enfants, le système est de son côté. Je me bats pas juste contre la mère pour faire valoir mes droits mais contre un système de justice biaisé qui mériterait d’être révisé. C’est un cycle qui tourne sans cesse, Je perds toujours en cour, comme une simple requête d’expertise psychosociale ce qui aurait pu mettre de la lumière sur la situation. Donc quand on vous dit de garder espoir c’est complètement faux. Après 10 ans de se battre contre le système et la mère, ceci ne donne plus rien d’espérer. Tout ce que vous allez perdre c’est beaucoup d’argent et votre santé mentale.

    1. Bonjour Jocelyn, merci de nous partager votre expérience et nous sommes désolés de toutes les difficultés que vous avez dû traverser depuis 10 ans. Si vous avez besoin de parler avec quelqu’un, nous sommes justement là pour vous aider à y voir plus clair. Visitez la section spécialiste ou prenez un rendez-vous.J’espère avoir répondu à vos inquiétudes et si vous avez plus de questions, n’hésitez pas à nous contacter.

  27. Détruire la vie de son enfant - Journal LE ZigZag
    Permalink
  28. Oh ! Mais… Je croyais à une crise d’adolescence, mais à la lecture de ce site je m’y retrouve, plein dans le mille. Les symptômes sont exactement ce que j’observe. J’ai été séparé de la mère de mon fils quand il avait quelques mois. Il a aujourd’hui 14 ans et j’ai senti un glissement depuis trois mois. Jusque-là, nous étions quasi fusionnels. Et puis, ça a basculé quand j’ai déménagé à 1h de route pour raison professionnelle. Il m’a reproché de déménagé alors que voici dix ans j’avais fait le chemin inverse pour me rapprocher de lui. Je l’avais un week-end sur deux, et la moitié des vacances scolaires, avec une régularité d’horloger. Et puis, maintenant, plus rien. Il ne veut plus venir, critique tout. J’ai voulu rétablir les choses quand il a commencé à me dénigrer en public. Je lui ai laissé le choix cependant, lui expliquant que ma porte resterait toujours ouverte. Nos contacts se limitent à ses besoins, en gros il m’appelle quand il veut se payer quelque chose car j’ai toujours financé ses activités informatiques. J’ai fait le maximum, mais je me retrouve humainement rejeté. Est-ce le fruit d’une longue aliénation parentale ? Sa mère a souffert de troubles psy étant jeune adulte (suicidaire récidiviste en crise identitaire par rapport à ses parents).. Peut elle avoir mis en place une telle aliénation sur son enfant par souci de bien faire, quasi hystérique, bienveillante mais psycho rigide… à son propre insu ? Elle est remariée, a d’autres enfants plus jeunes. Donc cela me surprend un peu, pas tant que ça, mais est-ce que ce mécanisme a pu se mettre en place insidieusement depuis l’enfance et aurait explosé avec mon départ ? Mon fils a son espace chez moi, sa chambre bien équipée, il est venu quelques mois… mais maintenant il me demande de lui ramener des affaires de chez moi vers chez elle… La rupture me semble plus que consommée avec lui. Je maintiens le contact mais je sens bien qu’il n’en a aucune envie. C’est laconique, tout juste quelques mots de politesse, quand il répond. Je ne vois pas d’issue positive… je suis désarmé.

    1. Bonjour Olivier,
      Je ne suis pas certaine que votre enfant souffre de l’aliénation parentale, car vous aviez une bonne relation et il vous reproche votre déménagement. Donc, votre éloignement pourrait éveiller en lui des sentiments d’abandon. Il faudrait parler avec votre enfant et lui expliquer que vous êtes présente malgré d’avoir dû déménager et si ce n’est pas la première fois que vous avez dû être moins présente, il faudrait aussi lui expliquer, car votre déménagement pourrait ouvrir d’anciennes blessures de son enfance.  J’espère avoir répondu à vos inquiétudes et si vous avez plus de questions, n’hésitez pas à nous contacter

  29. Bonjour. Je suis un peu d’accord avec le fait que rien ne se passe au niveau de la justice. J’ai constaté que l’une de mes enfants avait grandement changé il y a 3 ans. Il y a un an, madame décide de garder les enfants et de ne plus les retourner sous prétexte qu’elle devait les protéger. J’ai porté plainte à la DPJ pour aliénation et la plainte a été retenue. Lors de l’audience pour la sauvegarde, elle a été jusqu’à dire que j’avais été violent avec les enfants. La DPJ a recueilli les informations et a classée ça dans conflit de séparation sévère et que les enfants étaient en danger psychologique et la preuve de non violence de ma part a été fait. De plus, la cause de ce conflit a été attribuée en grande partie à la mère. Je retourne à la cour pour une autre sauvegarde, il me retourne graduellement les enfants, mais ils ne veulent pas venir. Nous sommes toujours dans l’attente d’un psycho sociale, Depuis le départ, la DPJ et la cour supérieur se relance la responsabilité. Même le juge est conscient qu’il y a des mensonges car les preuves sont là, mais personne n’ose prendre la décision de retirer les enfants du milieu aliénant. Après ça on nous demande de faire confiance au système de justice qui s’éternise à rendre une décision.

    1. Merci Patrick de nous partager votre expérience. Pour le moment le plus important sera de rétablir le lien avec vos enfants et de leur expliquer la situation en établissant des limites de conflits du monde adulte, donc, de leurs parents et la relation parent enfant. 

  30. Bonjour, je suis une maman dune fille qui va avoir 13 ans le 30 avril. Ca fait 3 ans le 14 mars 2021 que jai aucun contact avec elle, et depuis 2014 je lai vue que 2 fois. Les tribunaux ne comprennent pas ce qui est lalienation parentale et quand un enfant dit je ne veux pas voir ma mere, je ne veux plus lui parler, ma maman cest la conjointe de mon papa, je veux quelle madopte, je ne veux plus de lettre, de photo, de cadeau de ANNE ( maman biologique). Elle dit quelle ne veut plus aucun contact verbale, en personne ou par ecris. Non seulement avec moi mais tous les contacts avec mes parents ( don’t elle etait vraiment proche) et ma famille, ont ete couper. Le pere et sa conjointe ont progressivement aliener ma fille, jai tenter dinner venir avec les tribunaux mais ils ne savent pas quoi faire, le juge sent quil a les mains attacher de donner la garde aux parents don’t lenfant veux rien avoir avec, et retirer lenfant de son Miller, environment serait trop traumatisant pour ma fille selon le juge. En plus les consequences sur son comportement, emotions, relationnel sont deja apparent. Elle a dit a son papa lorsquelle avait comme 10 ans quelle tuerait lui et sa conjointe avec un couteau lors de leur sommeil et quelle se tuerait apres. Et avec ces pairs, elle le fait des menaces de morts et agit en bully surtout si une amie joue avec une autre amie, cest comme si elle se sent abandonner et reagit violamment avec ses mots et a tes ( virees des tables a lenvers, casser une vitre, dire que lorsquils viendront chez eux son pere les noyerais dans leur piscine, elle leur dit quelle les tueras, elle peut meme prendre leur bien comme leur etuie a crayons et video leur contenu dans la potbelly, elle menace aussi les enseignant, les educateurs). Je suis vraiment inquietes puisque si les experts disent que les consequence sont plus apparent a lage adults je peux pas mimaginer ce que ca va ressembler a lage adults et adolescence. Je suis impuissante et cest le pire sentiment pour une maman. Jai un garcon qui a 3 ans et elle a dit quelle ne veut rien savoir de son demi frere puisquil a du sang de diable puisquil vient de moi. Jai parcourus les tribunaux depuis 2011, la separation avec son papa, et ma derniere compaction etait en mars 2020. Le pere ne suis pas lordonnance, par exemple il devrait lencourager et laccompagner vers de la therapie de reunification familiale mais si ma fille le desir. Ca marche pas cest genre dordonnance et quand un parent ne suis pas les ordonnances ( comme le pere de ma fille), il n’y a pas dintervention, aucune consequence et ca peut prendre un autre 2 ans avant daller devant les tribunaux. Si jamais vous voulez une maman alienee qui parle de son experience pour vos info-media je suis courageuse de le faire en gargantuan mon nom anonymous et le nom de ma fille anonymous pour le public. Cest traumatisant perdre un enfant par ce syndrome, et il NY a pas moment de faire un devil puisque ton enfant est encore permission ce ce monde. Du matin au soir cest comme un couteau qui te perce le coeur, et qui tourne tourne et creuse.  Cest une douleur et un trauma inexplicable. Merci anne

    Sent from my Galaxy

    1. Merci Anne de nous partager votre situation avec votre fille. Nous sommes très désolés des mesures du tribunal et si nous avons besoin d’un témoignage sur l’aliénation parentale, nous vous contacterons.
      Pour l’instant, nous vous suggérons de vous adresser aux centres d’aide et de soutien aux femmes pour recevoir une orientation psychosociale et légale. De plus, vous pourrez témoigner de votre expérience de l’aliénation parentale auprès d’autres femmes pour les sensibiliser. 
      N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions. Au plaisir.

  31. bonjour
    notre fils de 23 ans qui etait tres casanier a quitte brutalement la maison sans avertir,sans logement,sans metier apparemment chez un copain?
    il a abandonne ses etudes
    il ne veut plus avoir de contact avec nous( pere et mere)
    il est odieux avec nous si nous essayons d avoir des nouvelles
    nous lui versons de l argent sur son compte car nous ne voulons pas qu il soit dans le besoin
    nous sommes tres inquiets pour lui
    la situation est insoutenable
    merci de nous conseiller

    1. Bonjour,
      Je vous suggère de consulter un de nos spécialistes pour vous orienter. Ils sont justement là pour vous aider à y voir plus clair. Visitez la section Spécialistes ou prenez un rendez-vous ou appelez nous au 581-300-445