Anxiété, stress et angoisse: comment les distinguer?

Nous utilisons souvent les termes « stress, angoisse et anxiété » de façon interchangeable pour décrire comment nous nous sentons. Au quotidien, l’utilisation de ces différents termes est souvent sans conséquence. Toutefois, lorsque vient le temps d’identifier et de comprendre le malaise que nous ressentons, il est important d’avoir les mots pour le décrire.

Quelques statistiques sur l’anxiété et le stress

Selon les données au Québec de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes :
  • En 2014, 26,2% des personnes âgées de 15 ans et plus affirment éprouver du stress assez intense dans leur vie.
  • Les personnes âgées de 35 à 44 ans sont celles qui rapportent le plus souffrir de stress.
  • En 2002, 11,2% des personnes âgées de 15 ans et plus affirment avoir déjà souffert de troubles anxieux au cours de leur vie.
  • Les femmes sont généralement plus nombreuses que les hommes à souffrir de troubles anxieux.
Selon une étude de Mme Pasquale Roberge et ses collaborateurs (2011) :
  • Seulement 36,9% des personnes qui souffrent de troubles anxieux vont consulter un professionnel de la santé pour leur problématique, que ce soit un médecin ou un psychologue.

À propos du stress

Le stress est une réponse physiologique qui est déclenchée par l’organisme lorsqu’il fait face à un état de perturbation, que ce soit un danger réel ou une menace physique ou psychologique.

Quelques éléments déclencheurs du stress :
  • Bruit intense
  • Examen important
  • Compétition de sport
  • Rupture amoureuse
  • Accident de voiture

L’objectif du stress est de garder le corps en alerte afin de le protéger contre un éventuel danger. Le stress permet de sauver des vies, mais il permet aussi de prendre les bons moyens pour atteindre nos buts en mobilisant l’énergie du corps de façon appropriée.

Il est important de noter que chaque personne répond de façon différente au stress, et ce, en fonction des stratégies d’adaptation qu’elle dispose.

Comment gérer son stress?

Il est possible d’affronter votre stress en misant sur de bonnes habitudes de vie :
  • Faites de l’activité physique
  • Adoptez une bonne alimentation
  • Diminuez la consommation d’alcool et de caféine
  • Prenez le temps de bien dormir
  • Utilisez des techniques de relaxation, comme la méditation ou le yoga
  • Discutez ouvertement de vos problèmes avec des proches

À propos de l’anxiété

Contrairement au stress, l’anxiété est l’anticipation d’une menace future. Elle s’accompagne d’un sentiment désagréable d’appréhension, d’une tension musculaire et d’un état de vigilance.

C’est une émotion courante que tout le monde peut vivre et elle se dissipe généralement rapidement. De plus, elle n’est pas nécessairement négative, car l’anxiété peut améliorer la performance physique et intellectuelle.

Toutefois, lorsque l’anxiété persiste, elle peut devenir accaparante et interférer avec le fonctionnement normal.

L’anxiété est considérée problématique lorsque :
  • Son intensité est exagérée par rapport au danger « réel »
  • Les inquiétudes sont irréalistes et excessives
  • Elle entraîne un niveau de détresse important

Chez les personnes pour qui l’anxiété prend une telle place dans leur vie, nous dirons qu’elles souffrent d’anxiété pathologique ou de troubles anxieux.

Les symptômes de l’anxiété

1) Les symptômes de l’anxiété de type physique:
  • Troubles du sommeil
  • Maux de tête
  • Étourdissements
  • Engourdissement
  • Troubles digestifs
  • Transpiration excessive
  • Bouffées de chaleur ou frissons
  • Tremblements
  • Palpitations cardiaques
2) Les symptômes de l’anxiété de type psychologique:
  • Sentiment d’inquiétude (peurs, malaises, etc.)
  • Sentiment de perte de contrôle
  • Labilité émotionnelle (irritabilité, colère, tristesse, agressivité, etc.)
  • Sentiment de culpabilité
3) Les symptômes de l’anxiété de type cognitif:
  • Difficulté à se concentrer
  • Pensées incontrôlables

3 techniques pour gérer votre anxiété

Les techniques mentionnées précédemment pour gérer votre stress sont toutes aussi efficaces pour l’anxiété. Celles-ci permettent  de maintenir des habitudes de vie qui contribuent à une bonne santé mentale.

De plus, une partie importante de la gestion de l’anxiété consiste à modifier les stratégies d’évitement et de contrôle ainsi que les pensées erronées.

1) Éviter d’éviter

L’évitement est un comportement fréquemment adopté quand le niveau d’anxiété augmente, car celui-ci permet de se sentir moins anxieux très rapidement. Par contre, plus vous évitez, plus il devient difficile d’approcher la situation anxieuse dans le futur.

Quoi faire pour éviter l’évitement :

  • Par l’exposition, vous pouvez tranquillement affronter vos peurs qui ne sont pas dangereuses (peur de sortir en public, de perdre connaissance, de prendre l’autobus, etc.).
  • L’exposition implique de vous placer dans une situation redoutée et d’y rester jusqu’à ce que l’anxiété diminue.
  • En répétant le processus, l’anxiété s’atténuera graduellement pour éventuellement disparaître de façon permanente.

Notez bien : l’exposition n’est pas dangereuse et ne fera pas empirer la peur. Toutefois, si vous souhaitez être accompagné dans ce cheminement, n’hésitez pas à communiquer avec l’un de nos spécialistes à la Clinique de Psychologie Québec.

2) Apprendre à lâcher prise

Peu importe la situation, il y aura toujours une possibilité de danger. Le fait de lâcher prise permet de comprendre qu’il est normal de vouloir contrôler les risques qu’un évènement se produise et d’être anxieux, tout en étant conscient que nous n’avons pas la garantie absolue que celui-ci ne se produira pas.

3) Modifier votre façon de penser

La façon dont vous vous sentez face à une situation est souvent associée à comment vous interprétez les évènements. Lorsque votre discours intérieur est composé d’inquiétudes, d’anticipations négatives et de dévalorisation de soi, cela contribue à augmenter l’anxiété.

Quoi faire pour modifier votre façon de penser:

  • Tentez de changer vos pensées négatives pour des pensées plus positives.
  • Notez vos inquiétudes et évaluez la probabilité que les situations anticipées surviennent réellement. Ceci permet de rationaliser vos inquiétudes.
  • Concentrez-vous sur le processus pour atteindre vos buts plutôt que sur le but lui-même. Ainsi, vous vous sentirez moins submergé par l’ampleur du travail.
  • Soyez indulgent envers vous-même et diminuez vos attentes ou vos exigences.

À propos de l’angoisse

Tout comme l’anxiété, l’angoisse peut être associée à l’anticipation d’un danger ou à sa conséquence. Cependant, contrairement à l’anxiété, l’angoisse est toujours accompagnée d’une réponse physique qui se manifeste par un sentiment de constriction ou d’oppression.

Il s’agit d’une expérience psychologique déstabilisante dont l’élément déclencheur peut parfois être difficilement identifiable. L’angoisse est souvent associée à un sentiment de perte de contrôle ou encore de mal-être. La personne ressent un mal intérieur qu’elle n’arrive pas à nommer. Dû à son caractère nébuleux, ce sentiment est parfois caché et vécu en silence. Pire encore, il est confondu avec des douleurs physiques comme l’angine de poitrine, les maux d’estomac, les problèmes respiratoires et autres.

4 symptômes de l’angoisse

  • Pression thoracique
  • Gêne respiratoire
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Sensation de boule dans la gorge ou dans l’estomac

Comment gérer votre angoisse ?

Pour traiter votre angoisse vous-même, vous devez user d’introspection et d’intériorité. Cela signifie que vous devez écouter attentivement les informations qui proviennent de votre système émotionnel, car il est pratiquement impossible de faire diminuer l’angoisse uniquement par le raisonnement et la restructuration de la pensée.  L’angoisse mérite beaucoup d’attention afin d’en dégager un sens.

Les 8 étapes pour arriver à gérer son angoisse :
  1. Assoyez-vous dans le silence, fermez les yeux et portez une attention sur les sensations internes qui vous habitent.
  2. Prenez de grandes respirations en ouvrant votre cage thoracique.
  3. Questionnez-vous avec empathie en adoptant une position d’ouverture et de compréhension. (Qu’est-ce qui me fait souffrir présentement?)
  4. Écoutez les réponses qui proviennent de votre intérieur, celles qui sont ressenties émotionnellement plutôt que les idées qui défilent.
  5. Écrivez sur une feuille de papier tout ce qui monte et a le goût de s’exprimer sans vous censurer.
  6. Essayez d’identifier lentement à quels souvenirs et situations cette sensation physique vous rappelle.
  7. Essayez d’observer la lutte pour ne pas ressentir ces émotions qui sont présentement à l’intérieur de vous.
  8. Progressivement, dirigez-vous vers l’acceptation et l’ouverture à toute cette douleur.

Les traitements disponibles pour gérer le stress, l’anxiété et l’angoisse

Que vous souffriez de stress, d’anxiété ou d’angoisse, il ne faut pas attendre de ne plus être capable de faire vos activités quotidiennes pour consulter. Chez certains, les difficultés peuvent mener à des conséquences importantes telles que l’isolement et la dépression.

Il existe aujourd’hui des traitements reconnus pour traiter les troubles anxieux comme la thérapie cognitive comportementale. Cette psychothérapie aide à comprendre l’origine du problème et elle vise à remplacer les pensées et les comportements problématiques par des réactions plus appropriées.

Plusieurs spécialistes et psychologues à la Clinique de Psychologie Québec sont formés pour travailler sur les thèmes du stress, de l’angoisse et de l’anxiété.

Prenez rendez-vous avec un spécialiste, il vous aidera à vous rétablir.

Sources ayant servies à l’élaboration de cet article

Commenter

Votre adresse courriel ne sera pas communiquée.